abbaye saint-victor Marseille

Abbaye Saint-Victor (Marseille)

Bougies proposées par cette église

L’abbaye Saint-Victor a été fondée au Ve siècle par Jean Cassien, à proximité des tombes de martyrs de Marseille, parmi lesquels Saint Victor de Marseille († en 303 ou 304), qui lui donna son nom.

L’abbaye prit une importance considérable au tournant du premier millénaire par son rayonnement dans toute la Provence. L’un de ses abbés, Guillaume de Grimoard, fut élu pape en 1362 sous le nom d’Urbain V.

Depuis plus de 1 500 ans, Saint Victor est un des hauts lieux du catholicisme dans le sud de la France, et bien que le monastère ait été démantelé à la Révolution, l’église reste toujours affectée au culte.

En 1968, le maire de Marseille Gaston Defferre fait replacer dans les cryptes de l’abbaye la riche collection de sarcophages de la fin du IVe siècle à la première moitié du Ve siècle que contenait l’église.

Ce transfert fait de l’abbaye de Saint-Victor le musée d’art chrétien du premier millénaire le plus important en Provence après celui d’Arles.

Les cryptes de l’Abbaye Saint Victor conservent des témoignages archéologiques très précieux qui attestent de la présence d’une carrière exploitée à l’époque grecque, puis d’une nécropole hellénistique (IIe siècle avant Jésus Christ) dont la vocation persistera à l’époque chrétienne.

On en perd la trace entre le VIIe siècle et la fin du Xe siècle. En effet, Saint-Victor connaît, comme toute l’Europe Occidentale, des périodes obscures d’invasions normandes et sarrazines.

En 977, la vie monastique renaît et est soumise à la règle de Saint Benoît.

En 1020, un moine catalan, Isarn, entreprend de grands travaux (construction de la première église dont la tour actuelle, de l’autel majeur).

De la fin du XIIe siècle jusqu’au XIIIe siècle, l’abbaye est entièrement reconstruite selon les règles des bâtisseurs romans.

Le monastère sera ensuite fortifié et l’ensemble sera inclus dans le système de défense du port.

Dès le XIe siècle et jusqu’au XVIIIe siècle, Saint-Victor jouit d’une totale hégémonie sur toute la chrétienté du bassin méditerranéen. Progressivement la ferveur monastique décroît et l’église deviendra après la Révolution un dépôt à fourrage, une prison et une caserne, ce qui évitera sa démolition.

Elle sera rendue au culte et restaurée au XIXe siècle.

L’église sera élevée au rang de basilique mineure en 1934 par le Pape Pie XI.

Chaque année au moment de la Chandeleur un pèlerinage important a lieu.

Le 2 février au matin, une procession part du Vieux-Port vers l’Abbaye Saint-Victor en empruntant la rue Sainte.

La Vierge noire conservée dans les cryptes est revêtue de son manteau vert et est présentée à la foule ; l’Archevêque la bénit, célèbre la messe et se rend ensuite au four des Navettes  où il bénit ces petits biscuits en forme de bateaux typique de Marseille.

Voir le site officiel de l’Abbaye de Saint-Victor

marseille-abbaye-st-victor-interieurimg_4136

TRADITIONS

La statue de Notre Dame de Confession

Elle appartient à la famille des vierges catalanes du XII° XIII° qui présentent Jésus au monde comme déjà un Christ en gloire.

Sous la révolution la Vierge ND de Confession est enlevée par un officier municipal, Mr Gaillard, qui la conserva chez lui. Il offrit ensuite de la faire porter à La Major pour la fête de la purification, à la condition de la reprendre chez lui après l’octave. Elle ne lui fut pas rendue mais après ses réclamations, au contraire fut déclarée propriété nationale.

Elle est ensuite vendue aux enchères et acquise par Mr Laforet qui l’expose dans diverses chapelles, les bernardines, St-Roch et enfin à St-Jérôme (actuellement St-Charles).

Elle revient à St-Victor le 20 mai 1804, jour de Pentecôte, (sous la pluie). Elle est placée dans la basilique supérieure, la crypte étant dévastée.

Elle ne regagne la crypte que le 2 février 1822.

Suivant le chapitre XII du Lévitique de l’Ancien Testament, une femme qui accouche d’un garçon doit attendre 40 jours pour fréquenter à nouveau le temple ; ce délai est de 80 jours en cas de naissance d’une fille. La Vierge Marie présente donc son fils au temple le 2 février et y apporte des offrandes. Ce jour est appelé la chandeleur. La statue de la Vierge noire est exposée dans l’église supérieure et une procession est organisée. Cette fête, typiquement marseillaise, est très populaire et rassemble au début du XIXème siècle entre 60 000 et 80 000 personnes

Des cierges de cire verte sont brûlés en offrande dans l’église notamment durant la chandeleur. L’origine de cet usage est fort ancienne. François Marchetti signale cette pratique dans son livre Explications des usages et coutumes marseillais, paru en 1683. D’après cet auteur, cette pratique rappelle que Marie a eu le privilège de pouvoir enfanter tout en restant vierge, car l’usage de la cire verte était réservé aux comtes de Provence pour sceller les parchemins accordant ou confirmant un privilège.

Une autre explication plus simple, est de voir dans le vert, symbole des jeunes pousses de la nouvelle année, la couleur de l’espérance.

Désormais partenaire, Wilum vous permet de faire allumer un cierge dans l’Abbaye Saint-Victor

Responsable de ce lieu

Père Pierre GERARD

Allumer un cierge dans ce lieu